Présentation

L’histoire de notre élevage commence il y a un peu plus de 30 ans. A cette période Jean Paul Malou décide de consacrer sa vie à l’élevage des chevaux de race Anglo-Arabe. Issu d’une famille d’agriculteurs du bassin de l’Adour qui, depuis bien longtemps, fournissait des chevaux à l’armée. Il commence sa carrière en 1961 : il reprend l’élevage familiale dont les débuts remontent à l’époque de Napoléon 1er.

Napoléon qui justement fut à l’origine de la création de l’Anglo-Arabe à partir de croisements de « Navarins » locaux appelés ainsi en hommage à Henri IV et de pur-sang anglais et arabes afin de créer une cavalerie légère à l’image de celle des Mamelouks qui l’avait impressionnée durant la campagne d’Egypte. Puis l’Anglo-Arabe devint une des premières races de cheval de sport largement utilisée pour améliorer de nombreuses autres races de chevaux plus habitués au harnais qu’à la selle.

Très vite Jean Paul Malou parvient à acquérir les plus vielles souches maternelles de la race : le sud-ouest accueillera dès lors de magnifiques poulains issus des lignées Anglo-Arabes les plus anciennes et sportivement, les plus prometteuses. En 1973, on retrouve ses produits dans les courses réservées aux Anglo-Arabes.

Kesbera devient championne de France des Anglo-Arabes de course.

Plus tard, ce sont ses filles, Karine, Frédérique et Ludivine Malou, qui valoriseront l’élevage familial grâce à leurs succès dans les championnats de France en CSO.

Nombre de poulains ont été exportés en Europe et s’illustrent aussi bien dans des compétitions amateurs que professionnelles en CSO, dressage ou CCE. Marina Vanderberg, cavalière internationale de dressage, possèda Harditquess AA (37.89%), IDR 160, (par Diarifos) né à l’élevage en 1973 de la poulinière Perinette AA (50.78%). En France, Ioudelaigue AA (par Rêve du Thil), sous la selle de Gilles Pons, débuta une carrière en CE remarquable.

Chaque année, Jean-Paul Malou présente à la final du concours d’élevage national à Pompadour plusieurs poulains et pouliches prouvant la qualité régulière de sa production.

Aujourd’hui, l’élevage compte deux étalons, une vingtaine de poulinières, et une dizaine de poulains naissent chaque année.

Powered by WordPress | Designed by: Free WordPress Themes | Thanks to WordPress news theme, WordPress magazine theme and Premium WordPress Themes